• Accueil
  • Notre entreprise
  • Nos catamarans
  • Nos deriveurs
  • Nos Foilers
  • La Team ERPLAST
  • Nos partenaires
  • Actualités
  • Contact

Qu’il s’agisse d’un bateau avec une coque dure ou encore semi-rigide, la mise à l’eau de l’embarcation demeure une étape assez délicate. En effet, cela nécessite un peu de pratique si jamais vous devez vous en occuper tout seul. Et avant de reprendre la mer, il existe certaines conditions à remplir pour être sûr de réussir votre manœuvre.

 

La première étape de la mise à l’eau, le gréement du voilier

Même avec un contrôle du gréement, le risque de démâtage demeure bien réel. Effectivement, les conditions sont nombreuses et variées pour vous faire démâter. Et cela, en dépit d’un entretien très régulier. Ainsi en début de saison, un contrôle rigoureux suffira alors à réduire les risques.
Réas, tension et fixations des câbles sont à vérifier. Sur le gréement courant, portez une attention particulière au bout de drisses usagées. Pour ceux en assez bon état, il est possible de les laver avec une machine à laver. Pour les ridoirs, un petit traitement particulier : un peu de nettoyage au white spirit (à défaut du gasoil) peut être nécessaire.

 

Attention également à toutes les voiles

Quand il est question de voile, il est surtout question de l’état des coutures. Soyez donc très méticuleux : vérifiez bien les trois points de tire de la voile à mousquetons ainsi que la protection qui se trouve sous les mousquetons. Autre point important à propos de la voile : la bande anti – UV de la voile si elle se trouve sur l’enrouleur.

Pour la grand-voile, c’est les points de frottement des lattes sur la voile qu’il faut absolument vérifier. Dans la gorge du mat, vous avez des ralingues et des coulisseaux qui s’y infiltrent, vous devez les contrôler également.

 

Les winchs et les petites pièces d’accastillage

Les winchs sur un bateau peuvent être électriques ou encore manuels. Ils servent à étarquer des drisses ou encore pour border des écoutes. Avant de reprendre la mer, et après une période plus ou moins longue d’inactivité, pensez donc à les graisser bien comme il faut.

Ce faisant, les taquets sont également à graisser. Attention à la quantité de graisse à utiliser. En effet, trop de graisse peut nuire à l’ensemble. Après les winchs, ce sont les poulies qui doivent également être graissées convenablement.

 

Le transport et la mise à l’eau

Le transport d’un bateau d’un point A à un point B demande un peu de technique. Vous allez le transporter sur une remorque, attention donc à son état.  La plaque de feux doit être fonctionnel, c’est également valable pour tout le système de freinage. L’état des sangles est un point important. Un bateau bien sanglé c’est un transport en toute sécurité.

Pour la mise à l’eau, il existe une condition importante : elle ne pourra se faire que sur des cales avec une pente d’au moins 12%. Quand vous faites la mise à l’eau, les moyeux des roues tout comme les essieux ne doivent pas être immergés. Si c’est le cas, les rincez abondamment avec de l’eau douce.