• Accueil
  • Notre entreprise
  • Nos catamarans
  • Nos deriveurs
  • Nos Foilers
  • La Team ERPLAST
  • Nos partenaires
  • Actualités
  • Contact

Peu importe où vous naviguez, en mer comme en eau douce, si le voilier ne dispose pas de moteur à bord, le permis n’est pas obligatoire. Il n’est pas non plus obligatoire si le voilier est équipé d’un moteur de 6 chevaux ou moins.
En mer, si le moteur est supérieur à 6 chevaux, même s’il ne sert qu’à substituer la voile, le permis peut être obligatoire.
En revanche, il est obligatoire pour toutes les embarcations disposant d’un moteur de plus de 6 chevaux, en eau intérieur.

Un permis pour les moteurs de plus de 6 chevaux

Chaque année, près de 90 000 permis de plaisances sont délivrés. Les personnes qui les ont reçues sont toutes passées par un examen théorique et pratique. Les conducteurs de voiliers en sont dispensés à cause de la nature même de leurs embarcations.

Le pilotage d’un bateau à voile nécessite un apprentissage long et technique.
Le maniement de la voile est tellement technique qu’un néophyte se doit de se former pour la piloter, en embarquant en tant que coéquipier ou tout simplement dans une école de voile.

Et si le permis bateau n’est pas indispensable pour piloter un voilier, une précision a été apportée en 2007 dans la réglementation régissant le pilotage des voiliers. En effet, même si le moteur est considéré comme un mode de propulsion secondaire, un permis plaisance sera obligatoire si la puissance de celui-ci dépasse les 4,5 kW soit 6 chevaux.

Un passeport voile avant le permis

Pour apprendre à piloter un voilier, le débutant doit frapper à la porte d’une école de voile. Il en existe près d’un millier dans tout l’Hexagone. Une fois que vous avez terminé votre formation, l’établissement délivre un « passeport voile ». Plusieurs centaines de milliers sont délivrés chaque année. Ce passeport, considéré comme une licence par la FFVoile, regroupe tous les documents pédagogiques qui peuvent être nécessaires au pilote, et permet également d’enregistrer leurs expériences en mer.

En parlant de permis pour bateau, il faudrait aussi souligner que l’objectif de la délivrance de ce document ne se résume pas à l’attestation de la maîtrise des règles générales de navigation. Le permis est avant tout destiné à sensibiliser les marins vis-à-vis des dangers que pourrait représenter la mer.

Et cela, même si la maîtrise de leur engin motorisé semble accessible. En effet, il est évident que conduire un bateau à moteur est plus simple que piloter un voilier.
Toutefois, le comportement d’un conducteur de bateau, qu’il soit motorisé ou non, doit se faire en considérant sa propre sécurité et celle des autres usagers du plan d’eau.

Une réglementation qui est appelée à évoluer

Qu’ils soient en mer ou sur un plan d’eau intérieur fermé, le nombre de voiliers qui demandent à être assistés est relativement élevé., le nombre de voiliers qui demandent d’être à être assistés est relativement élevé. Raison pour laquelle le gouvernement pense mettre au goût du jour l’organisation et l’examen du permis de plaisance.

Un observatoire de l’accidentologie des loisirs nautiques (SNOSAN) a été créé en 2018. Celle-ci a pour but de recueillir des données relatives aux interventions et leurs causes. Ces informations serviront ensuite de base pour les prochaines mesures.