• Accueil
  • Notre entreprise
  • Nos catamarans
  • Nos deriveurs
  • Nos Foilers
  • La Team ERPLAST
  • Nos partenaires
  • Actualités
  • Contact

Vous savez désormais naviguer et manœuvrer un voilier ? Maintenant, vous souhaitez pousser l’aventure plus loin et vivre une expérience plus excitante. Vous voulez participer à la prochaine compétition de voiles la plus prisée du sport nautique qui est la régate ? Cependant, vous ne connaissez pas encore les réglementations de ce type de compétition. Ne cherchez pas plus loin, cet article a été spécialement conçu pour tous ceux qui souhaitent connaître comment se déroule une régate et qui désirent pouvoir s’y préparer convenablement.

1.      Qu’est-ce qu’une régate ?

Une régate est une compétition ou une course de vitesse à la voile ou à la rame. Il existe également des régates qui se pratiquent avec des bateaux à moteur ou motonautisme. Pour une égalité entre les concurrents, la régate se dispute sur des bateaux monotypes, quelle que soit la classe. Les bateaux doivent parcourir un circuit fermé et contourner les bouées, qui ont été placées par le comité de course. Le succès de l’équipage dépend largement de la technique utilisée et de son savoir-faire.

2.      Combien de temps va durer la course ?

Une régate se déroule en général pendant une durée de 5 à 6 jours de course. Dans la première étape, notamment durant 4 ou 5 jours, les bateaux effectuent la course en flotte. Dans la deuxième étape, seuls les premiers du classement se disputent la finale, encore appelée Medal Race lors de la dernière journée de compétition.

3.      Le départ, un moment crucial dans la régate

Le moment le plus déterminant et rempli de suspens, retenant le souffle des compétiteurs et des spectateurs lors d’une régate, est le moment de départ, durant lequel il faut à tout prix éviter un accident ou une pénalité. Un départ réussi compte déjà pour 40 % du classement final de la course. En général, un compte à rebours de cinq minutes est donné et la durée de la procédure de départ peut être différente d’une régate à une autre. Souvent, elle est allongée de 6 à 8 minutes, mais les 4 dernières minutes se déroulent toutes de la même façon. Le déroulement du départ est réglementé dans le « IC » ou document des instructions de course.

Prenons l’exemple d’un départ de 8 minutes. À la huitième minute, le signal d’avertissement est donné. Le pavillon de club ou le pavillon de la série est hissé par le comité. Il peut également hisser le pavillon Y. C’est un signe que le port des gilets de flottabilité est obligatoire.

À la quatrième minute, le comité donne le signal préparatoire. Il choisira d’arborer un pavillon P, I, Z ou Noir, accompagné d’un signal sonore court. Le pavillon choisi, correspond aux obligations et aux sanctions liées à la ligne de départ, dans la minute précédant le départ. S’il hisse le pavillon P, cela signifie que les concurrents doivent se trouver sous la ligne de départ au moment du départ.

Si le comité envoie le pavillon I, les compétiteurs doivent se placer sous la ligne et ses prolongements, pendant la minute qui précède le départ. Le pavillon Z indique les mêmes instructions que le pavillon P, et ajoute que les concurrents ne doivent pas être dans le triangle formé par les extrémités de la ligne et la première marque, durant la dernière minute.

Si le comité lance le départ sous le pavillon noir, c’est parce qu’il est exaspéré par les voleurs de ligne. Dans ce cas, les mêmes contraintes que le pavillon Z sont imposées, mais la sanction peut être lourde de conséquences. S’ensuit une disqualification pour la course et obligation de quitter le plan d’eau !

À une minute du départ, le comité affale le pavillon de signal préparatoire (P I, Z ou Noir) accompagné d’un signal sonore long. Si un bateau coupe la ligne en avance, il risque une exclusion de la course.

À 0 minute et 0 seconde, c’est le top départ ! Le comité affale le pavillon de classe avec un signal sonore court. 3 secondes après le départ, un éventuel signal de rappel individuel avec un pavillon X et un signal court est donné ou un rappel général de la flotte.

Pour le bon déroulement du départ de la régate, au cas où des concurrents n’arriveraient pas à voir les pavillons, les signaux et les phases de procédure de départ sont annoncés par le comité de course à la radio à très haute fréquence VHF.

4.      La première étape de l’épreuve

Au top départ, donné par le comité, les bateaux prennent le départ. Il se fait généralement perpendiculaire au vent. Les bateaux doivent avancer en louvoyant, c’est-à-dire en alternant les bords à environ 30 degrés de part et d’autre de l’axe du vent. À chaque jour d’épreuve, les athlètes doivent participer à une, deux ou trois courses sur des parcours délimités par des bouées. L’équipage vainqueur est celui qui aura franchi en premier la ligne d’arrivée et aura contourné toutes les bouées du parcours. À la fin de la première étape, le comité de course établit un classement intermédiaire en calculant la totalité des points acquis par chaque équipe sur chaque épreuve. L’équipe gagnante sera celle qui aura accumulé le moins de points possible.

5.      La dernière étape de l’épreuve

À la veille de l’épreuve finale, les juges auront établi un classement qui déterminera les meilleurs régatiers qui participeront à l’épreuve finale ou la Medal Race. Seuls ces bateaux participeront à cette épreuve. Le premier classement sera conservé pour les autres participants. Dans cette finale, les points comptent double par rapport aux épreuves précédentes. L’équipe gagnante qui aura le moins de points, sera celle qui remportera l’épreuve.